Blason Colonna Walewski Vous êtes ici : Accueil > Personnalités > Alexandre Walewski II > Lettre d'Alexandre II Walewski à Aubaret
En ligne directe de Napoléon
Recherche
Patrimoine Charles-André Colonna Walewski
Personnalités
Généalogie
Arbre généalogique
Armorial
Chapelles de famille
Napoléon Ier
Portraits et statues
Lettres de Napoléon à Marie
Autres lettres de Napoléon
Objets lui ayant appartenu
Masques mortuaires
Marie Walewska
Souvenirs et portraits
Autographes de Marie
La maison Walewska
Dotation de Naples
Alexandre Walewski I
Portraits
Le Congrès de Paris, 1856
Décorations
Correspondance
Rachel
Rachel et la Comédie
Portraits
Admirateurs
Documents de famille
Lettres de Rachel
Objets lui ayant appartenu
Alexandre Walewski II
 

Collections
Documents
Lettres patentes
Lettres
Cachets
Livres
Art
Tableaux
Dessins et lithographies
Miniatures et médaillons
Sculptures
Meubles et objets
Tables, chaises et fauteuils
Arts de la table
Pendules et chandeliers
Exotisme
Matériaux
Bronze
Porcelaine
Mobilier et objets en métal
 
Précédent Retour Suivant 
Lettre d'Alexandre II Walewski à Aubaret

 
Collection comte Charles-André Colonna Walewski ; droits réservés.
 
 
 
 
 

De : Alexandre Walewski II
À : Gabriel Aubaret (1825-1894)
Lieu : Prévésa, Grèce
Date : 15 janvier 1869

Lettre autographe signée avec enveloppe d'Alexandre II Colonna Walewski à Gabriel Aubaret, de Prévésa, le 15 janvier 1869.

"Mon cher Monsieur Aubaret,

N'avez-vous pas oublié un petit garçon que vous vîtes au Cannet auprès d'une mourante il y a plus de onze ans ? Ce petit garçon est aujourd'hui un grand garçon, marié et votre voisin.

Je serais heureux, mon cher Monsieur et je n'hésite pas à dire ami, d'entretenir avec vous une bonne correspondance.

Vous connaissez le malheur qui vient de me frapper ! Je viens de perdre mon père que j'aimais tendrement : c'est assez de vous dire mon profond chagrin. C'est en grand deuil que je me suis marié et voilà quinze jours que je suis de retour à Prévésa où j'ai relevé la faction de ce pauvre Castillon qui n'a pas voulu même rester 6 heures de plus à Prévésa.

Je me propose, quand la belle saison sera revenue, d'aller avec ma femme, vous dire un bonjour à Scutari, mais d'ici là, je serais bien heureux si vous vouliez de temps en temps (le plus souvent sera le mieux) me donner de vos nouvelles.

Quoique vous ayant vu bien peu et il y a bien longtemps, le souvenir que j'ai gardé de vous est entouré de souvenirs trop précieux pour que j'aie pu un instant vous oublier et bien souvent, j'ai formé le voeu de vous rencontrer. Je le réaliserai prochainement. L'Épire est très calme, malgré la proximité de la Grèce et les circonstances brûlantes du moment ; le gouvernement turc arme ses bachi-bouzouks et ses rédifs et paraît se préparer à agir au premier moment.

Les Grecs de la frontière se préparent aussi, mais leurs préparatifs ont un caractère purement défensif très marqué.

Comme fait : rien.

J'ai dû renvoyer le cavar Georgi qui est impossible dans une maison convenable ; il est intelligent et actif, mais c'est un ivrogne de 1ère force et dans ces moments-là, il est capable de tout : il était réellement dangereux à conserver malgré ses qualités. Je lui ai d'ailleurs payé son voyage de retour jusqu'à Scutari à 180 Piastres. Si vous pouvez me trouver une perfection, je vous serai reconnaissant de me l'envoyer, mais si la perfection vous paraît difficile à rencontrer en ce bas monde, je me contenterai des 2 crétins que j'ai en ce moment.

Je me mets ici entièrement à vos ordres et serai bien heureux si je puis vous être bon à quelque chose.

Je vous embrasse comme au Cannet et vous assure de ma vive affection.

Alex Walewski"

Précédent Retour Suivant 
 
© 2017 Comte Charles-André Colonna Walewski Droits de reproduction et Contact ¦ Liens et Remerciements ¦ Bibliographie